Articles

Affichage des articles du mars, 2016
Image
Tout doucement, alors que l'automne s'installe, il semblerait que le Jardin se soit endormi ...
Je n'alimente plus beaucoup en billets, pas de mots récents à offrir, je visite mes liens avec moins de méthode ... Je dois me rendre à l' é - vie- ... -danse-
Une autre page se dessine avec le départ et l'absence d'êtres aimés qui ont peuplé ce même lieu, un vrai jardin qui avait su accueillir mes confidences et dont le portail s'est refermé lui aussi sur un autre lieu de vie à découvrir ...
Aussi, je le sens au creux de la toute petite voix, ne voulant pas tomber, revenir ou demeurer dans la nostalgie, il est temps pour moi de vous faire mes au-revoir, en vous disant bien combien j'ai aimé vous connaître, partager le long de ces années, ces mois , avec chacun, chacune d'entre vous ce qui nous tient le plus à coeur, en notre belle et unique complicité .
. A toutes et tous mes amis (es) ici, mes lecteurs, mes lectrices souvent anonymes d’un jour …

La poésie de la terre ne meurt jamais. John Keats

Image
J'ai toujours pensé que la beauté du monde était destinée à nous faire oublier la brièveté tragique de nos vies . Elle nous livre en brefs éclairs ces promesses d'éternité qui jaillissent d'un miroitement de feuilles de trembles dans le soleil, d'un tapis de coquelicots ondulant dans le velours des blés, d'une épaule de forêt appuyée contre le bleu du ciel, ou de la dance des flocons de neige papillonnant dans la nuit . Je crois sincèrement que la sensation du bonheur est intimement liée à la sensation d'éternité, je n'ai jamais coupé le lien qui s'est noué dans mon enfance avec le monde naturel . D'instinct .Comme s'il y allait de ma survie, pour le moins, de mon bonheur de vivre .  La terre est éternelle, elle a existé avant nous, elle existeras après nous .Elle seule garde la mémoire d'un temps où nous n'existions pas, une mémoire qui ne nous est accessible que si nous nous penchons vers elle . La terre ,malgré les souillu…

L'automne, c'est cousu de moments de grâce, qui ne durent pas. Janine Boissard

Image
L'automne a quelque chose de triste qui transite entre la vie et la mort,
Mais l'automne a aussi quelque chose de paisible
Car la douceur de ses couleurs offre à celui qui contemple le paysage
Un peu de gaieté à son âme ...
En effet, il suffit à loisir
De se laisser aller dans des sortes de rêveries ...
N'est-il pas plaisant de voir tout-à-coup
Un petit lutin coquin surgir de n'importe où ?!!
...Du haut d'une branche d'arbre pas tout à fait dénudée ... ??
;;;Craquantes sons nos pas ...
Quand les premières froideurs arrivent
Il y a des farfadets qui grelottent
Faisant tinter en musique
Les gouttes de pluie ...
Aussi, font-ils discrètement
Pousser moult champignons 
Et puis, quand le soleil revient,
Ce sont les feuilles qui se froissent
A l'idée de s'envoler pour de bon !
Allons, allons , ne soyons pas hostiles
A cet esprit d'enfance quelque peu oublié...
Car d'or et de pourpre l'automne vient enrichir
Notre regard de mille trésors de poésie .

(septembre 2014)

Tout est relié. Ce que l'homme fait à la toile de la vie, il le fait à lui-même. Lester Young

Image
J'aime revenir ici ...
Pierre gravée des souvenirs, des émotions partagées, de celles contenues. Petit livre d'une vie, fil de l'eau tantôt paisible, tantôt dévastée...
En relisant les messages et textes, en ré écoutant les musiques , je ressens encore les traversées personnelles et les bouleversement de mon âme .
Dans ce jardin secret où les vents sont aujourd'hui apaisés, j'entends battre des coeurs, je perçois des cris silencieux, des déchirures profondes ... mais tant et tant de osuvenirs qu'il m'est presque doux d'accomplir de "pèlerinage" .
Je n'ai plus pourtant, ce goût de la nostalgie qui fut longtemps mon compagnon de voyage ... De ça aussi, je me suis défaite comme d'un vieux manteau . J'ai appris à vivre dans le maintenant sans autre regard qu'une forme de compassion pour le passé . Peut-être est-ce cela "se pardonner" ?
Qu'avons-nous à apprendre d'autre de nous-mêmes que cette capacité à faire le deuil?  T…

Nous sommes comme des nains juchés sur des épaules de géants. Bernard de Chartres

Image
Prendre un chemin sis à Font de Sa Cala sur l'île de Majorque traverser une forêt de pins ... et découvrir un lieu hors du temps, hors de tout ce qu'on peut imaginer .
Un lieu qui abrite les ruines des habitations de la période "taloïotique" de 1400 ans av J-C à l'invasion romaine . Ce site s'appelle "Claper des Gegants", l'habitation des géants .


J’ai toujours eu la passion des pierres. Enfant déjà, je ramassais des cailloux que je collectionnais. J’aimais leur texture, douce où rugueuse, leur forme, arrondie ovale, ou tranchante, et surtout leurs couleurs infinies qui changeaient de tonalité au gré de la lumière selon qu’ils étaient secs o mouillés. Là où beaucoup ne voyaient que minéral inerte et froid, moi je percevais déjà de véritables trésors. Par la suite je me suis intéressée aux fossiles mais il m’arrive encore parfois, lorsque je me promène, de me baisser pour ramasser une simple pierre qui attire mon regard. Je la touche, je l…

Si tous les gens qui vivent ensemble s’aimaient, la terre brillerait comme un soleil...

Image
Il y a des êtres qui font d'un soleil une simple tache jaune, mais il y en a aussi  qui font d'une simple tache jaune, un Véritable Soleil   -Picasso-
°O°

Soyons plutôt de la seconde catégorie ...
et transformons les taches en soleil ...
(Juillet 2014)




Donnez-vous des rendez-vous partout, dans les champs, dans les choux .Faites-vous des baisers tout de suite, des serments sur le grand huit . Le temps passe à toute vitesse... Roulez jeunesse ! Louis Chedid .

Image
Bizarrement, lorsque l'on me parle de ce temps « béni » de mes jeunes années, je n'éprouve pas de regrets...
Oh bien sûr, je ressens cette sorte de frémissement...lorsque je replonge dans mes souvenirs, je me dis que j'en ai bien profité ! Mon corps et moi  avons plutôt fait bon ménage...ça passe si vite !!!
J'ai eu de la chance.  Je vais dire que ma « bonne étoile » doit être particulièrement attentive et complaisante !
Sans rire, j'aimerais pouvoir expliquer ...ne serait ce que pour parvenir à redonner du courage à ceux qui en ont besoin.
Le fil conducteur est cette confiance irrésolue qui m'habite. Dans les pires moments, j'ai toujours espéré, eu la Foi. La Foi profonde du bon, du meilleur...elle est là, malgré moi...malgré les coups, les bosses et les accidents de la vie.
Je n'ai pas été épargnée et j'ai aussi ressenti du découragement, de l'injustice, de la colère. Je me suis vue perdue, désemparée, me noyant parfois dans un chagrin …

On t'accompagnera Si tu trouves ta route. Eugène Guillevic

Image
" Dans le domaine, chacun est à la recherche de ses coordonnées.

Ceux qui travaillent la terre ont des mains plus solaires.

L'eau dans l'étang est occupée à garder le temps.

Nous sommes tous d'ici. Nous semblons tous venir d'ailleurs.

Auprès de l'étang, ta main.

Le ver de terre aussi t'a donné quelque chose.

Nos veilles commencent au petit matin.

Je me suis respecté jusque dans les limaces.

Essaie de te souvenir d'une pierre en particulier.

Il y a de l'étang dans les yeux du cerf. Il y a des branches qui se rejoignent à travers les chemins.
Eugène Guillevic "Du Domaine" 
Moi, je vis dans un monde veilleur Au coeur des mots En bout de table A la fois libre et solitaire Entre le ciel et la terre Du vent d'hiver au banc de mai Je vais au pas A l'ombre Au trot L'eau dans mes mains... J'aime ma vie Bien imparfaite Si petite, toute petite Juste une lfeur d'eau Je ne suis rien Mais je le sais ...    (Mai 2014)



La beauté du ciel est dans les étoiles, la beauté des femmes est dans leur chevelure. Proverbe italien

Image
La fille qui peigne
Ses longs cheveux
Dans le soleil,
Peigne les collines, les plaines,
Les mélèzes, les bouleaux
Et tout le ciel dans sa chevelure ...
Car la terre et les ruisseaux
Et les prés avec leurs feuilles
Et toutes les chansons d'eau,
Sa chevelure les recueille.
Tous les rayons brisés dans l'orbe du matin,
Pris au piège des annelures,
Glissent de sa chevelure
Au geste de ses mains.
Et quand elle a fini de tresser ses cheveux,
Sont liés le jour bleu,
Les herbes, la fraîcheur.
Ses nattes sont deux sources de couleurs
Qui chantent sur ses épaules,
Ou deux chaînes d'odeurs,
Ou deux serpents ... pour un charmeur
Qui regarde à travers les saule.

Jane Kieffer
La fille qui peigne ses cheveux
Cette sauvage lumière, éd Gallimard, 1961.

J'ouvre les yeux, la mer et la lumière me brûlent jusqu'au fond de mon corps, mais j'aime cela. Je respire, je suis libre. Déjà je suis portée par le vent, par les vagues. Le voyage a commencé. Jean-Marie Gustave Le Clézio

Image
S’il est un paysage qui m’inspire, c’est bien celui du bord de mer… Et, plus particulièrement, le bord de mer sur les côtes du Nord, étirant d’immenses plages de sable ou de galets, dressant des falaises comme d’incroyables rideaux d’air saisis dans la pierre, taillés dans le roc. J’aime ces eaux grises, vertes – rarement bleues – tourmentées par les marées, jetées contre les dunes, balayant les plages où le vent corrige le paysage. Pour moi, cette eau travaillée de l’intérieur, rageuse, emportée, est comme un ciel tombé sur la terre ; un ciel fra­cassé, une ruine céleste dont la beauté demeure dans sa ruine. J’aime sa voix puissante d’animal blessé ; une voix qui résiste à tout et proclame que celui qui la fera taire n’est pas né. J’aime les vagues « sans cesse recommencées »,  leurs muscles d’eau, leurs nerfs, leurs tendons qui font montre de leur puissance et mettent au défi le plongeur ou le nageur d’oser se mesurer à elles. Face à la mer La partie ou le combat se joue t…

Un mardi sur la Terre ...

Image

Chantons la chanson du printemps C’est la saison du bonheur C’est le temps où les fleurs Dans leur âme en couleurs Tournent la tête à tous les coeurs Coeur coeur coeur ... Larry Morey (La chanson du printemps - Bambi- )

Image
Une jolie devise pourrait rappeler que cultiver les bonheurs de la saison est une forme de sagesse ... En ce début printanier , fières sur leurs hautes tiges , les muscaris se dandinent au vent , en mêlant la teinte audacieuse de ses clochettes à celle des pensées ... Dans cette symphonie de bleu , les jardins se piquent de couleurs joyeuses avec le réveil des fleurettes ... qui s'offrent en spectacle parfois gracieuses , tantôt plus sauvageonnes alors , il est l'heure d'avoir des envies bucoliques ...
C'est tout le pouvoir de cette magie , arrosée de quelques gouttes de pluie , humectée de la fraicheur de la rosée matinale ... que Dame nature a capturé dans sa palette pour nous séduire une nouvelle fois ... Nous voilà dans la grâce et la légèreté d'un jardin déserté , une gaîeté innocente habille les fleurs sous le souffle d'une petite brise ...
Je ne savais pas que l'on pouvait la qualifier ainsi , mais je le confirme : elle existe l'humeur printanière !
(Mars 2014) 

C'est par la qualité du coeur que nous valons, non par une sensibilité de surface, en dépassant nos égoïsmes. Madeleine Daniélou

Image
Il est des moments forts de la vie où il semble que l'on ne voit personne, étouffés que nous sommes par nos émotions . Et pourtant, le coeur et l'esprit s'associent pour se souvenir de ceux et celles qui sont près de nous et qui nous enveloppent de leur compassion, de leur amitié, voire de leur gratitude . D'aucuns seront absents, mais vous feront un écrit personnel, sensible, parfois touchant .Naissance, mariage, deuil, cérémonie professionnelle ... Voilà des chapitres du livre de la vie qui comptent pour tout homme . En ces circonstances, combien nous sommes sensibles à l'absence d'un ami ! Mais combien est touchante la présence de celui avec qui vous étiez en distance, à cause de tensions ou de rancoeurs . N'est-ce point en ces moments forts que nous mesurons l'intelligence du coeur de chacun, de chacune ? (Mars 2014)

Je ne connais rien au temps des hommes, ni au passé ni au présent ni au futur .Je suis le démon de Février . Gérard Prévot

Image
Février ... Februarius ... februare ... Purifier ... Février n'est pas mauvais .Il fait tout simplement ce qu'on lui a demandé ... Il févrière ... Il purifie ... Sous l'édredon nuageux et noirâtre de l'hiver, un coin de ciel s'éclaircit : une petite mare modeste mais qui teinte déjà le matin engourdi d'une lueur de chandelle . Juste une perle de lumière égouttée d'une étoile qui s'étire, glisse entre les branches en y laissant l'étincelle d'un bourgeon, les trésors d'un chaton, et tombe à terre en émiettant dans l'herbe pâlie des éclats de pétales . Pas une floraison exubérante, gorgée de parfums et de ruisselements d'arc-en-ciel, mais une nichée de violettes, deux trois perverches, tout juste de quoi ravir les enfants ou l'éveil du rimeur en humeur vagabonde ... (Février 2014)


A Isabelle ...

Image
Isabelle, mon amie , Nous avons échangé ,tant échangé depuis ces derniers mois plus que nous ne l'avions fait depuis notre rencontre il y a sept ans peu avant que la maladie obscurcisse ton ciel . Je me souviendrai du jour où nous sommes tombées dans les bras l'une de l'autre .Nous pleurions de joie . Le cancérologue venait de t'annoncer une rémission . La maladie était toujours présente mais elle s'était endormie . Nous sommes allées boire un café dans le centre de Lille . Je n'oublierai jamais l'étincelle d'espoir qui illuminait ton regard . Plus rien n'existait que l'instant présent , la chaleur de tes mains dans les miennes et l'indicible beauté de la vie . L'éclaircie s'est éclipsée un jour de janvier de l'an dernier . Je t'attendais dans la salle d'attente , tu es sortie du cabinet du médecin .L'étincelle d'espoir avait disparu .  Tu m'as dit :" Je vais me battre ma p'tite Véro .Je veu…

Tout a une morale si l'on cherche bien . Lewis Carroll

Image
Soudain, elle tomba par hasard sur une petite table à trois pieds, tout en verre massif: il n'y avait rien dessus, à l'exception d'une minuscule clef d'or; première idée d'Alice: elle appartenait peut-être à l'une des portes de la salle; mais, hélas! de deux choses l'une: ou bien les serrures étaient trop béantes, ou la clef trop petite, toujours est-il qu'il n'y eut pas moyen d'ouvrir une seule porte. Cependant, entreprenant une deuxième tournée, Alice tomba sur une portière qu'elle n'avait pas encore remarquée; et derrière, une petite porte de quarante centimètres environ; elle essaya d'introduire la petite clef d'or dans la serrure, et à sa grande joie, elle s'ajustait! 
Alice ouvrit la porte, pour découvrir qu'elle communiquait avec un petit couloir, guère plus grand qu'un trou à rat; elle s'agenouilla et ses regards plongèrent, au bout du couloir, dans un inimaginablement ravissant jardin. Quel d…

Que 2014 vous accueille avec bienveillance et douceur.

Image
Lorsqu'il sera minuit...
nous ferons danser
les couleurs acidulés...
pour que les jours à venir se réveillent,
sous un air féérique...
Les contes des mille et une nuits s'invitent pour un soir,
dans une tendre harmonie,
avec un peu de prose et quelques doses de magie 
juste assez pour que l'envoutement soit là .
 Qulques effets de givre, de la lumière bleutée,
des reflets translucides et la poésie tient alors lieu de couleur ...
Madame est prête,
elle attend Monsieur...
pour que la fête commence au milieu des rires 
et se poursuivre même au delà de la nuit...
Avec des mots doux, quelques chimères, 
Rendez-Vous l'année prochaine !
Mais d'ici là, mes meilleurs voeux vous accompagnent avec du bonheur et de la tendresse à volonté !

Qu'il est doux ce moment où le temps suspend son cours, l'heure fragile et délicieuse entre rêve et conscience où les souvenirs ramènent aux saveurs de l'enfance...L'heure des fées. Pascal Moguérou

Image
Je me souviens de ma belle enfance, de ce temps merveilleux où j'étais l'héroïne de mes plus invraisemblables histoires ainsi que de mes rêves les plus fous . Chemin de bonheur et d'insouciance, dépourvu de tout soucis et de toutes culpabilités. Il y a avait encore peu d'interdits et de tabous , de "il faut" ou "il ne faut pas"d'inscrits dans mes jeunes cellules . C'était encore un chemin pavé de liberté, ouvert à tous les possibles, à tous les devenirs, à la manifestation de toutes les facettes de mon être, dans la pureté et l'innocence de cet éternel instant. Il n'y avait aucune limite à mon imaginaire, ni au pouvoir de mon esprit. J'étais enfant de la Terre, amie des fées et du petit peuple. Mon coeur savait encore voir au-delà des apparences, au-delà des brumes de ce monde . Temps merveilleux où je n'avais nullement besoin de masque, ni de choses bien à moi, ni d'argent pour être heureuse. Où je savais enc…

Feuille après feuille ... les arbres se mettent à nu ... ainsi se poursuit l'automne ...

Image
Anne-Marie Zylberman 
Il est une « corvée » d’automne que peu de gens goûtent et que moi je savoure :ramasser les feuilles mortes. Les entendre frémir sous mes pas. Ecouter le bruit du râteau. Lancer un défi au vent qui chasse les feuilles au sol et fait sans cesse pleuvoir de nouvelles feuilles des branches des arbres. Le son doux et presque aquatique de leur chute. Avoir l’impression que quelqu’un me suit lorsque le vent fait « marcher » les feuilles derrière moi … Il est venu le temps des brumes
Le temps des écharpes de laine transparente
Effilochées aux bras des vignes et du vent
Il est venu le temps des brumes
Le temps des haleines vivantes
Léchant les petits matins de novembre
Il est venu le temps des brumes
Le temps de l’eau suspendue aspergeant
Le feu inextinguible des arbres en pleurs.
(Novembre 2013)

Feuille après feuille, l'automne suit son chemin ....

Image
 Un jour après l'autre ,  un pas qui suit l'autre , juste la belle envie de rêver tout haut ... Les feuilles si frêles s'accrochent encore aux arbres, les fleurs résistent mais courbent la tète ... L'automne s'installe et comme un large pinceau colore tout sur son passage . Mais , c'est de douceur dont j'ai besoin, de cette précieuse tendresse qui se pose  avec tant de volupté sur le décor ... Avec une palette de teintes plus nuancée un peu comme un voile léger , une brume matinale qui n'ose se lever et tamise tout dans sa balade ... Alors , justement , la rêverie s'invite , avec un brin de nostalgie : Un joli voyage entre les gouttes de pluie . On compte sur la lueur des bougies pour corriger les ombres , on s'amuse devant leur danse hésitante qui se reflète sur le mur et derrière le rideau ,on guette les éclaircies ... A l'intérieur , il est délicieux de savourer les heures qui coulent , lire vos mots si doux  et se dire que l'embellie sera pour demain ...  …

L'automne est un andante mélancolique et gracieux qui prépare admirablement le solennel adagio de l'hiver. George Sand

Image
Dehors, le spectacle s'installe ... Il reste encore quelques fleurs au jardin ce qui rend la balade plutôt romantique. Mais, la sagesse n'y est qu'un leurre, les couleurs se déchaînent dans une chaleureuse déclinaison de parme... A près les coups d'éclats de l'été, point de mélancolie pour accueillir cette nouvelle saison ! Même les odeurs de pluie réveillent nos sens, les fruits mûrs appellent la gourmandise et la fraîcheur matinale nous pique avec audace. Les poètes s'inspirent de l'automne, ils écoutent le vent qui se faufile entre les arbres, ils comptent les rayons dorés qui se profilent, et s'amusent des ombres qui s'allongent sur l'herbe verte... Il est temps de profiter des journées qui s'assombrissent trop tôt, compter les fleurs qui se fanent trop vite et regarder les feuilles qui se tachent de rousseur... La belle parure d'été se transforme doucement en petits pointillés pleins de rouille, le ruisseau s'écoule plus vite sous le ciel plus g…