Pour qu'il y ait la paix sur la terre, il faudra que tous les êtres soient intérieurement en paix. Claude Chénier

 


Il faisait chaud . Il faisait une température trop élevée pour un mois d'avril. La faute au réchauffement planétaire, sans doute. Le réchauffement de la planète, la fonte des calottes polaires, le trou dans la couche d'ozone, les aliments génétiquement modifiés ... Une maladie apparue dans les années 1990 .Le monde est devenu un environnement hostile ... On ne peut même plus compter sur l'eau de pluie .
C'est elle qui ronge le monument aux morts ,par exemple . J'y avais accompagné Odette , le nom d'un de ses oncles y est grâvé , nous nous sommes assises sur le banc à l'ombre et nous avons parlé de ce soldat sculpté dans la pierre . L'un des côtés de son visage est ravagé, la joue criblée de petits trous , le nez dévoré par le temps .Comme un fruit gisant depuis trop longtemps dans un fossé que les charognard viennent grignoter .
 
-"Voilà quelqu'un pour qui le mot "devoir" a un sens au moins", me dit Odette .
 
-"Vous avez raison Odette ", lui répondis-je . "Malgré ses blessures, ce soldat est au garde à vous sur sa stèle depuis au moins 90 ans , à surveiller la plaine autour du village en dirigeant son regard vide par dessus le cimetière , vers le parking de l'école ..."
 
-"Il est presque aussi vieux que moi .Je me demande s'il est aussi las...", soupira t'elle.
 
Son socle est aussi moussu que lui, maintenant; des plantes microscopiques prolifèrent dans les noms gravés . Celui du fils du médecin y figure, en haut, avec les autres officiers .Et celui de Lucien, le fils du chiffonnier et oncle d'Odette , mort asphyxié dans la Somme dans l'effondrement d'une tranchée .Plus bas, on trouve Raymond, le colporteur.
Pas étonnant qu'il tombe en ruine, ce soldat. C'est beaucoup demander à un homme que de supporter d'innombrables tragédies, d'être le témoin d'innombrables échos funèbres.
Cependant, il n'est pas le seul .Il y en a un comme lui dans chaque ville et village . Ils sont les stigmates de la nation, une gigantesque éruption de croûtes à l'allure vaillante qui s'est déployée de part et d'autre du territoire à partir de 1920,une recrudescence de cicatrices en voie de guérison , bien déterminées à achever le processus. L'espoir, alors, était extravagant : à la Société des Nations, on évoquait la possibilité d'un monde civilisé . Face à une loi aussi inébranlable, les poètes de la désillusion n'avaient aucune chance .
   
Naturellement, ça n'a pas duré .Ce n'était pas possible. La déconvenue était inévitable .Avec les année 1920 est venue la Grande Dépression des années 1930 ,puis une autre guerre .Et après celle-là, les choses n'ont plus été pareilles .Nul mémorial n'est sorti triomphant, insolent et confiant du nuage radioactif de la Seconde Guerre mondiale... L'espoir avait péri dans les chambres à gaz en Pologne. On a envoyé chez eux une nouvelle génération de combattants traumatisés à vie, gravé au ciseau une deuxième série de noms sur le marbre des statues existantes, les fils au-dessous des pères . Chacun s'avouait avec accablement, au fond de lui, qu'un jour d'autres jeunes gens recommenceraient à tomber .
 
Quand on considère les guerres, l'Histoire paraît simple - à tord . Les guerres livrent les dates clés, des tournants décisifs, des clivages nets entre "avant" et "après", entre gagnants et perdants, bien et mal, juste et injuste. Mais l'Histoire, la vraie, le passé, n'est pas comme cela.
L'histoire n'est pas plate, linéaire. Elle n'a pas de contours précis. Elle est insaisissable, elle vous fuit entre les doigts comme un liquide; elle est insaisissable, comme l'espace . Et modifiable,  aussi : à peine croit-on distinguer une logique que déjà l'angle d'approche change, quelqu'un propose une autre version des choses, et les souvenirs enfouis de Odette ont ressurgi du fond d'un passé que l'on ne peut et ne doit pas oublier.
(Mai 2011)

 

Commentaires


  1. POPOPOPO GUY08/05/2011 12:48


    petite


    j'ai regardé tes images de beauté grise et bleue,


    de nostalgie et du souvenir


    la voix poignante de cette chanteuse qui pleure


    ai revu ton image perso bleu-turquoise qui nous ouvre un blog de spleen


    de mal de vivre, de mal ds la peau, de poètt simplement


    et ton article où le nom du soldat mort est rongé


    par une pollution dt la patrie est responsable


    ttes ces guerres inutiles,


    et j'ai revu en moi ma guerre tout ussi inutile


    gagnée donc perdue


    desespérée et tj sans espoir,


    et j'ai pensé à ces quatres cavaliers de l'apocalypse, dont le premier


    est un combattant acharné du nationalisme


    chauviniste, intégriste, haineux, cruel


    impitoyable


    et qu'on retrouve tj ds les tribunes fouteballistiques


    mais comment etre frère des hommes


    si l'autre ne le veut pas


    alors tour recommence ou va recommencer


    et cette fois la pollution pourrira les socles a peine posés





    merci pour ton article


    RépondreSupprimer
  2. Dani-elle08/05/2011 08:41


    ne pas oublier, c'est important. Je dirai que la paix commence en nous et dans notre maison .


    Merci mon amie pour tes souhaits et que le tchin-tchin par la pensée pour moi chez ton amie. J'espère que tu as passé une bonne soirée.


    deux jours de suite de fête, mes 50 printemps débutent en fanfare et j'ai été très gâtée, des surprises que je n'aurai jamais pensé...cela m'a fait énormement plaisir.


    Merci aussi à toi d'être fidèle à mon blog mon amie véro. Muxu
    ***
    MONTIGIGI08/05/2011 02:32

    bonjour et merci de ton chaleureux commmentaire,et bien oui quoi dire de plus du triste résultat planétaine de notre vie moderne,je suis triste moi qui me bat pour les traditions
    respectueuses de notre terre,je suis trés en retard pour te répondre olors je t'offre des roses accompagnées d'unpetit poème pour les dames bien sur, baci
    ***
    primavera07/05/2011 13:56




    Buongiorno Vero,


    Ne pas oublier, transmettre notre mémoire en espérant que pareilles tueries ne se reproduiront plus... les années ont passé, et les mêmes situations se reproduisent sur d'autres terres, sur
    d'autres continents, à croire que l'Histoire est un éternel recommencement ! _ Avant la guerre, après la guerre ... ce sont des mots que j'emploie parfois ... mais depuis cette guerre que j'ai
    connue, qui m'a volée mon enfance... je crois que je n'ai jamais entendu d'autres mots de par le monde. _


    Un peu fatiguée par ce temps lourd, les orages qui mouillent sans pénétrer la terre... j'installerai bien dans le jardin le hamac, jolie image que tu as laissé dans ton com... sous le soleil !


    Bellissima fine di giornata a te.


    Bacioni


    Prima
    ***
    :0091: :0010: :0085:06/05/2011 18:37

    hello...tu nous gâtes pour le we !!!! il est vrai le 8 mai !!! Papa avait 17 ans incorporé de force....... !! très bonne soirée et tout et tout !!!
    ***
    Roger06/05/2011 13:50

    Merci Véronique pour ce rappel, que ta plume à comme d'habitude porté avec douceur sur le papier, il faut aussi se rappeler que nous sommes sur le sol français dans la plus grande période sans
    guerre et je pense que c'est très bien ainssi et que souhaite que cela dure encore des centaines d'années.


    Gros bisous Véronique et à bientôt


    Roger


    PS: Tes petits mots sont bien arrivés, merci.

    RépondreSupprimer
  3. bellane over-blog.fr06/05/2011 11:19

    bonjour,je suis complètement en harmonie avec cela**je te souhaite un merveilleux week end*
    ***
    TititeParisienne06/05/2011 07:21





    Bonjour Véronique,


    La Guerre, voilà un mot qui me fait peur ... Ma Grand-Mère me disait qu'il y aurait une 3ème guerre mondiale, j'espère qu'elle se trompait, elle qui a vécu les 2 guerres et l'horreur pendant
    l'Occupation nazi. Tu sais Véronique, il y a des morts dont il ne faut pas parler. On parle des poilus de la première, du soldat inconnu sous l'Arc de triomphe, des soldats morts pendant la
    deuxième, mais quand nous on parle de Nos 6 Millions de morts ( plus à mon avis ) on nous dit " Oh ça fait plus de 60 ans maintenant, il faut oublier " ! oublier ces hommes, ces femmes, ces
    enfants, morts dans des conditions atroces, inhumaines, tout ça parce que nés juifs. Non moi je n'oublierais jamais ! et je n'oublierais jamais que la France était " complice " !


    Ce matin je vais au Palais, prouver de l'identité de ma fille, puisque la Préfecture ne veut pas lui délivrer sa carte d'identité.


    Passe une bonne journée, bises, Véronique.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire